Découverte de la créatrice Clara Jasmine

Sous une matinée ensoleillée, derrière une lourde porte, se trouve un endroit secret, nommé l’atelier, ou l’on retrouve la pétillante créatrice Clara Jasmine. Le lieu est chaleureux, crée par le maître Joaillier Marc Lauer. A mon arrivée, un expert dans le monde de joaillerie partage ces connaissances. Il oeuvre à transformer des paillettes d’or en petit lingot sous la chaleur du feu. Un moment hypnotisant. Nous quittons l’atelier pour s’installer pour l’interview dans un parc au bout de la rue.

Comment la marque de bijou Clara Jasmine à vu le jour ?

Je faisais déjà des bijoux avec la dentelle et cherchais un moyen de la rendre éternelle. C’est là que l’univers a mis les bonnes personnes sur mon chemin pour mettre en pratique mon procédé de fabrication avec Mija une femme artiste peintre de ma famille qui m’a donné accès à un premier atelier de gravure. Suite à plusieurs recherches, j’ai eu connaissance d’un procédé ancestral importé par un orfèvre espagnol en 1513, en y apportant une petite part innovante, j’ai enfin pu fossiliser ma précieuse dentelle dans le métal.

Qu’est-ce qui t’a poussé à créer ta marque ?

A l’origine, j’ai une formation de styliste-modéliste à ESMOD. Dès l’âge de 7 ans, je dessinais déjà des silhouettes. Les créateurs de ma génération, Jean Paul Gauthier, Thierry Mugler, Mcqueen, m’ont beaucoup inspiré, aiguisé mon oeil. D’ailleurs, j’ai été influencée par eux pour le côté armure, guerrière, amazone que je donne à mes bijoux. Les créateurs m’ont donné envie de faire des corsets, de partir dans le délire armures. Quand j’ai commencé, chaque saison, je faisais une pièce de l’armure, d’où la bague « Edna », bague articulée, j’ai fait une mitaine articulée, une épaulette et un corset en métal.

Pourquoi avoir choisit ton prénom pour ta marque ?

J’avais besoin de donner vie aux inspirations de mon esprit, d’avancer, il fallait produire. Au début, j’ai réfléchi à des noms, mais je n’étais pas convaincue, alors j’ai demandé l’avis de mon entourage qui m’a dit de prendre mon nom. Puis il s’agit de dualité, le côté complémentaire entre les deux prénoms, la Hollande avec Clara et Jasmine avec la Tunisie. C’est un mélange de culture.

Quelle est l’idée principale de tes créations ?

Le fil de mes créations est la dentelle, j’aime dire : « Le fil de la dentelle, le fil de la vie, le fil de l’histoire des Femmes ». Je travaille avec la dentelle la plus fine et délicate du marché ma favorite : la dentelle de Chantilly ou de Valenciennes pour son point au fuseau devenu très rare. La matière première est contrastée par les gravures. Des parties lisses ou satinées révélées par l’éclat du métal accrochent la lumière.

Le bijou est-il plus qu’un accessoire ?

Pour moi, le bijou, c’est un peu comme un tatouage. C’est-à-dire que c’est un engagement, il doit révéler une partie de toi. Autant toi, tu vas sublimer le bijou et le révéler, il va prendre sens quand il sera porté, autant la personne va se sentir un peu plus forte. Un bijou amène un éclat, un style, une silhouette, illumine un mouvement… J’ai envie que le bijou révèle une énergie chez la personne qui le porte.

Comment tu créés les bijoux ?

Quand je travaille, je fais ce que j’aimerai porter et façonne directement sur moi ou sur buste. J’ai une formation dans le vêtement, ma force était le moulage donc je travaillais directement sur buste stockman. Je n’aimais pas tout ce qui était le patronage à plat. C’est-à-dire que je partais d’un dessin, et me laissant guidé par la matière. Je faisais souvent des choses différentes de l’idée initiale, ce que mes professeurs n’appréciaient pas beaucoup d’ailleurs.

Y a t-il une nouveauté sur tes créations ?

J’ai la chance depuis 2 ans d’être avec un apprenti magique, qui m’a été envoyé par l’univers au bon moment, Surya. Depuis qu’il travaille avec moi, j’intègre des pierres dans mes créations. Il a une expertise dans la pierre depuis qu’il est petit. En Inde, il a un maître joaillier qui l’a beaucoup fait trier des pierres. Il a aiguisé son oeil dès l’âge de 5 ans. On sélectionne de belles pierres, des saphirs, diamants, rubis… Les pierres révèlent le bijou, elles amènent de la couleur, ce qui manquait à mes créations. Je crois que c’était écrit qu’on allait travailler ensemble. Tous les deux, on donne du sens à mettre de l’énergie positive dans notre travail. On vise l’excellence, les belles finitions, on polit tout à la main. Nous sommes des puritains de la main.

Où trouves-tu tes inspirations ?

Tout ce qui m’entoure, ce que je vois, j’écoute, m’inspire. Une fois, j’étais dans un centre de yoga où j’ai sympathisé avec une Brésilienne qui m’a dit « Ah tu es astral ! » Elle m’explique que « Al astral » veut dire que tu es chaleureuse, que tu donnes de l’amour aux gens. Ce mot m’a inspiré, c’est devenu le nom d’une de mes collections. Je suis arrivée à l’atelier en me laissant guider par la matière. J’ai réalisé des créations dans l’ouverture, l’équilibre du vide et du plein qui se répondent mutuellement. Tout en ajoutant des soleils, des rayons, des diamants en pierre de centre…

Peux-tu nous raconter l’histoire du papillon ?

Un jour, un ami artiste/peintre m’a donné un sac de dentelle ancienne. J’ai repassé les dentelles chiffonnées. La dentelle était trop épaisse pour la graver, mais j’avais envie de la travailler autrement. Je voulais jouer avec le métal et des techniques ancestrales de découpe de joaillerie. Dans ce sac, j’ai trouvé une moitié de papillon en dentelle, on a re dessiné l’autre moitié, puis dessiner sur le métal et fais 700 ajourages à la main. J’avais un magnifique papillon en bijou, mais il fallait trouver une personne pour le porter. Qui allait le sublimer ? J’ai une amie artiste/chanteuse, Vaya, qui signifie papillon, qui a eu un coup de coeur pour le bijou. Elle m’a demandé qu’on lui insert 84 pierres qui seraient symboliques pour elle, puisque 8 x 4 = 12, elle est née le 12 avril. Avec un diamant sur le coeur, et des saphirs puisque c’est sa pierre préférée. C’est une pièce unique, qui a demandé 80 heures de travail et beaucoup d’amour.

Photo Clara Jasmine Jewellery

Quels sont tes projets futurs ?

J’aimerais bien créer la maison Clara Jasmine, une boutique ou retrouver mes créations. C’est un projet qui verra peut-être le jour l’année prochaine, je l’espère.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s