Interview de Sophie Fauquet, une body painter de talent

Pourquoi avoir commencé le bodypainting ?

Ça part de loin. Déjà, dans la formation de maquilleur en école il y a une partie bodypainting, après au-delà de ça je peignais sur tableau depuis que je suis enfant. Ce que j’aime dans le bodypainting c’est que le modèle prend moins de place que les tableaux puisqu’elle part à la douche. Puis également, la difficulté , il y a plus de surface. Il y a beaucoup de contraintes techniques toutes bêtes, il faut manger, ne pas rester debout non stop… Et c’est ludique. La personne joue un rôle, et ça plait au spectateur. Ils ont des paillettes dans les yeux !

Donc ce qui vous plaît c’est la complexité dans le corps ?

Oui, un corps n’est pas plat, on a un temps limité et on doit prendre en compte les besoins du modèle. L’oeuvre se créée à deux, je m’occupe de la peinture mais d’une personne à un autre elle ne rend pas pareil. Les gens qui sont peints sortent de leur quotidien, et même quand ils sont dans le milieu artistique ils y trouvent un intérêt.

Est-ce que la peinture aide les modèles à se décomplexer ?

J’ai de nombreux exemples de jeunes femmes qui ne se trouvent pas jolies, alors que toutes les femmes sont belles. Il faut juste savoir ce qui est beau et le mettre en valeur en cachant ce qui les gêne. Des femmes se sont développées mentalement après avoir été modèles. Elles se sentent plus à l’aise avec leur corps, changent de manière de s’habiller, de manière de vivre… On dirait des fleurs qui éclosent !

En fonction des modèles, est-ce que vous adaptez vos réalisations ?

Je préfère m’adapter à la personne, que de trouver la personne idéale qui va s’adapter à ma peinture. Je vais prendre en modèle pas forcément des mannequins, loin de là. D’ailleurs, quand j’ai gagné le concours international c’était avec un modèle qui avait des formes. Je trouve ça plus intéressant de transcender des personnes qui sont monsieur et madame tout le monde, plutôt que d’avoir une fille qui est déjà top modèle, je ne vais rien lui apporter de plus.

Qu’est ce qui vous donne envie de faire une réalisation sur un corps en particulier ?

Ce n’est pas tellement une personne que je vois et je me dis « tiens je vais lui faire ça », c’est plutôt j’ai quelque chose à faire, pour un client ou un concours. J’ai une thématique, et en fonction de celle-ci, je vais adapter ma réalisation au corps. Par exemple, si je dessine un oeil sur une personne fine je ne vais pas le positionner au même endroit sur une personne moins fine. C’est juste le placement qui va changer.

Vous avez un exemple ?

Une fois, j’ai fait du bodypainting sur une personne qui avait l’impression d’avoir un gros ventre, alors que non pas plus que ça. Je lui ai fait des abdominaux, elle était toute de suite plus à l’aise. Elle défilait dans la rue, se sentait belle.

Quelles sont vos relations avec vos modèles ?

Le rapport que j’ai avec mes modèles se crée seul dès que je rentre dans son espace vital. J’essaye de le questionner pour savoir si la personne est à l’aise. Chaque modèle est différent, certains sont à l’aise en public, d’autres pas, certains en talons, d’autres non.

Quelles sont les sensations quand on est modèle ?

Je n’avais pas forcément de complexe, mais en revanche, je ne me sentais pas jolie non plus. Quand on nous peint, on n’est pas mal, ça aide. Les petits boutons disparaissent, on change la morphologie à volonté. Quand on voit son reflet peint dans le miroir, on ne se reconnaît pas. Je me souviens une fois on m’a peint en noir et collé de la mosaïque sur le corps, je me prenais pour Mystique, dans X-men. On ne se reconnaît pas, on a l’impression d’être une créature venue d’ailleurs.

Qu’est ce que vous pensez de cette société qui dit de cacher notre corps, que notre nudité est précieuse ?

Mon avis par rapport à la nudité est très souple. J’ai souvent été modèle, plus que 60 fois, et pour autant je suis très pudique. Si le peintre à un profond respect de la nudité, la réalisation se passe très bien. Il existe une certaine pudeur, certes le corps est nu, mais il est peint donc il n’est pas nu. En revanche, quand je vais peindre la poitrine, je ne vais pas dénuder la fille devant tout le monde. Le peintre doit être cohérent avec lui-même, il doit faire en sorte que la nudité ne se voie plus à mon sens. Pour moi, si à la fin de la peinture, la nudité on ne voit que ça, c’est qu’on n’est pas bon.

Quels sont les regards des personnes sur votre profession ?

J’ai beaucoup de « WOW c’est génial », puis les anciennes générations ne comprennent pas. Quand j’explique mon métier, je deviens tout de suite une personne intrigante.

Quelles sont les différence entre une peinture sur toile et sur corps ?

Ce n’est pas la même difficulté. Il y a des contraintes qu’on ne retrouve pas sur une toile. La toile est plate, le corps humain diffère d’une personne à une autre et a du relief. Il est possible de revenir sur un tableau pour effectuer des modifications, alors que la réalisation disparaît une fois le corps douché. Il n’y a pas d’interaction avec une toile, elle ne vous renvoie rien, c’est-à-dire que vous avez fait un tableau, vous en êtes fier, mais vous n’êtes fier que de vous. Alors qu’un modèle sera également fier de lui. Il n’y a pas la même interaction.

Quels sont vos projets futurs ?

Je me suis inscrite au mondial de bodypainting qui se déroule en Autriche, cet été. Il va falloir que je commence à préparer les thèmes. Le mondial c’est le concours le plus dur de l’année. J’aimerais également monter un festival, c’est encore une autre aventure. Puis, travailler plus, faire encore plus ce que j’aime avec les gens que j’aime.

Merci Sophie Fauquet d’avoir répondu à mes questions.

Propos recueillis par Sarah POLAK

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s