Waël Sersoub | Nouveau visage du cinéma, engagé et passionné

C’est avec une grande simplicité que Waël Sersoub accepte de me rencontrer, la semaine-même de la sortie du film Milf, dans lequel il campe l’un des rôles principaux. Il me donne rendez-vous dans un restaurant en fin d’après-midi, dans le 3ème arrondissement de Paris. J’entre dans un patio des plus charmant et découvre un endroit où il me dit avoir l’habitude de venir. Lieu plutôt magique que je visiterai à la suite de notre entretien. Je rencontre là un homme accueillant, à la réponse franche, rapide et claire. Quelqu’un de déterminé dont on peut rapidement sentir une haine envers l’injustice. Son verre vide (il est arrivé avant moi), il m’en commande un, allume une cigarette et l’interview peut commencer.

hhih©Maxence Lebreux

Dès nos premiers dialogues, on discute de son parcours de mannequin. Avec un physique sculpté comme le sien, rien d’étonnant à ce qu’il soit passé par ce chemin. Il a travaillé avec de nombreuses marques, défilé pour les plus grands, notamment Dior et Givenchy. Mais il expose rapidement son point de vue qui « ne vend aucun rêve »: « Dans ce milieu, le fruit de ton travail ne paie pas du tout. Tu es pris selon l’humeur de la personne en face de toi. Tu passes des journées à faire la queue, pour deux minutes en face d’un directeur de casting qui n’a aucun respect ». Naturellement, il oppose ce milieu à celui du cinéma, qui d’après lui permet de « prouver quelque chose de par ta personnalité et ce que tu vaux vraiment ». Par instinct, je lui demande si cette période dans le monde du mannequinat l’a aidé à apprivoiser le rôle de Paul dans la comédie Milf, personnage peu habillé durant 1h30 de projection. (Pour un petit récap, ce long-métrage, signé Axelle Laffont, parle des relations entre trois femmes d’une quarantaine d’années, qui le temps de l’été vivent une relation avec trois jeunes hommes qui ont la vingtaine. Un film qui gratte, mais qui réveille les esprits et fait un bien fou).  Pour ce qui est de son rôle de séducteur à la belle plastique, Waël reconnaît qu’avoir été modèle lui a permis de se sentir à l’aise face à la caméra. « Tu apprends à savoir comment tu es, à te connaître. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui disent que se regarder dans le miroir est contre nature ou narcissique. Au moins je sais à quoi je ressemble lorsque je bouge telle ou telle partie de mon corps ».

wael chopardWaël pour une campagne Chopard ©Giacomo Bretzel

Très vite, on en vient au cœur du sujet: le film. Comme ses partenaires l’ont déclaré depuis le début de la promo, il parle d’un tournage « détente et super sympa » où tout le monde s’entendait bien. Je me permets de lui demander si le thème de MILF pourrait le concerner et il me répond avec une grande franchise « Ouais bien sûr. La relation homme/femme, la rapidité des rencontres. On passe directement au chapitre 10. Pour moi le film ne parle pas uniquement des histoires entre une femme et un homme plus jeune. Il dénonce aussi la relation fast food qu’il y a aujourd’hui dans les couples. On se voit, on s’use, et ensuite on dégage ». Me vient une question quelque peu groupie: « Qu’est ce que ça fait de jouer face à trois grandes pointures du cinéma comme Virginie Ledoyen, Marie-José Croze et Axelle Laffont ? » Avec énergie, il rétorque rapidement « C’était top, extraordinaire, de la balle. Les conditions de tournage sont idylliques, l’équipe est pointue. Le rôle que j’ai me met en valeur. Pour un début dans le cinéma, j’aurais pas pu espérer mieux ». S’ajoute à cela le fait qu’il ait joué en trio avec deux autres comédiens qu’ils ne connaissaient pas avant de tourner: Matthias Dandois et Victor Meutelet. Et pourtant, les scènes jouées en leur compagnie sont pour Waël parmi ses favorites. Il me confie en avoir une autre, avec Axelle Laffont, mais si vous n’avez pas vu le film, je me tairai pour vous garder un brin de suspense.

choooopard.JPEGWaël pour une campagne Chopard ©Giacomo Bretzel

Je m’aventure à en savoir plus en ce qui concerne son goût pour le cinéma. Parmi les films dans lesquels il aurait aimé jouer, on peut compter « I Saw the Devil », « Fargo » ou encore « La Bonne Année ». Ce qui lui plaît c’est la diversité des rôles à laquelle plusieurs acteurs ont eu accès, notamment Brad Pitt. Il tire son chapeau face aux rôles engagés de Shia LaBoeuf. Je m’attends à ce qu’il me parle du métier d’acteur comme d’un rêve ultime d’enfant. A ma grande surprise, acteur n’était pas l’unique métier qui le faisait rêver « Je ne sais même pas si je suis acteur. J’ai des projets. Mais mon projet de vie ce n’est pas mon boulot. C’est l’accomplissement des passions que j’ai depuis que je suis petit. J’ai commencé à entamer des relations avec des Monuments de la protection de la faune et de la flore, car j’adore les animaux et la nature. J’ai eu la chance de rencontrer de grands défenseurs de ces causes, notamment celle des chimpanzés et des lions. C’est ça que je veux faire. Si dans le cinéma il y a de l’argent à la clé, je le reverserai pour des causes qui me tiennent à cœur ». Pour lui, l’idée est de se servir d’une notoriété possible dans le milieu du cinéma afin de faire passer un message pour ce qui lui semble primordial: « Faire attention à ce qu’on fait, comment on traite Mère Nature etc. Parce qu’un jour on paie l’addition. Beaucoup trop de gens n’ont aucun civisme et devraient se rendre compte de leur chance. J’ai énormément de respect pour l’humain, mais tout ce qu’on touche, on en tire quelque chose de malsain. » Je découvre là un profil extra engagé mais surtout opposé à celui de son personnage de Paul. Lorsque je demande à Waël de se décrire, il réfléchit pour finalement me répondre qu’il apprécie la solitude, que l’effet de groupe le débecte et que vivre isolé et simplement avec juste quelques personnes de son entourage lui conviendrait totalement.

Tout le long de notre entretien, je remarque que les mots de Waël débordent de sincérité, de conviction et de justesse. Un homme qui a la tête sur les épaules, une simplicité et une franchise désarmantes. Ce nouveau visage, vous allez en entendre parler…

Actuellement au cinéma dans la comédie MILF, réalisée par Axelle Laffont.

Prochainement sur le tournage du film « Le coeur des méduses » réalisé par Jérémie Guez.

Par Pauline Knaff, la brune

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s