La garçonnière

Le succès continue au bout d’un an

Un an après avoir joué complet au Théâtre de Paris, l’équipe de la pièce La Garçonnière est de retour dans la célèbre salle de la rue Blanche. Guillaume de Tonquédec et Claire Keim, qui incarnent les deux personnages principaux de cette comédie dramatique semblent charmer le tout Paris, jouant au bout d’un an toujours à guichet fermé. Quelle est la recette de ce succès ?

Dans le New-York des années 50, un petit employé de bureau nommé Baxter prête, en échange d’une promotion qui met du temps à arriver, son appartement à ses supérieurs qui s’en servent comme garçonnière. Jusqu’à ce que M. Sheldrake, le grand patron, souhaite devenir le seul à profiter de l’appartement. Baxter accepte et finit par monter très rapidement en grade suite à cet accord. Mais lorsqu’il comprend que celle que M. Sheldrake emmène chez lui est la femme qu’il aime, la liftière de leur compagnie d’assurances, les choses se compliquent.

819186_la-garconniere-theatre-de-paris-paris-09.jpg© Théâtre de Paris

Cette pièce de théâtre, adaptée par Gérald Sibleyras et Judith Elmaleh est née sous une bonne étoile. Il s’agit de l’adaptation du célèbre film de Billy Wilder, récompensé de nombreuses fois en 1960. Les deux acteurs du film, Jack Lemmon et Shirley MacLaine ont tous les deux reçus un Golden Globes pour leur performance. Avec un tel passé, il était difficile d’imaginer un avenir médiocre pour la pièce qui en a été adaptée. Elle semble d’ailleurs suivre le même chemin puisqu’elle a été nommée à sept reprises aux Molières de 2017.

Sur scène, on nous offre un casting quatre étoiles : G. de Tonquédec, connu pour la magie de son jeu qui lui a valu la sympathie du public avec la série Fais pas ci, Fais pas ça et le long-métrage Le Prénom, et C. Keim, dont la voix douce, cassée et énergique nous rappelle son duo avec Marc Lavoine ou encore le doublage français de Rachel McAdams dans le célèbre film romantique, N’oublie Jamais.

la-garconniere-derniere-le-24-juin.5676.image.710x0.jpg© Théâtre de Paris

Les metteurs en scène ont misé juste. Les deux comédiens font indéniablement briller la scène avec leur performance de haut vol. Leur jeu est efficace, drôle, plein d’énergie, et une réelle symbiose opère.

Les décors sont comme un personnage qui s’additionne à l’équipe. Il tourne, il bouge, mais comme les acteurs, ne s’arrête jamais. Les scènes s’enchainent, le décor change, et le jeu de lumières se déplace au rythme de la pièce, entraînant un public charmé.

On ne voit pas passer l’heure et demi qui s’écoule tant les comédiens nous captivent dans cette histoire.

La Garçonnière, c’est la recette d’un succès qui était indéniable. Et le résultat est là : des applaudissements pendant vingt minutes, un public qui en redemande, et dont une partie dit vouloir revenir. Un vrai moment de fraîcheur et de grâce.

Ecrit par Pauline, la brune.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s